« Vieux con ! »

              Bonjour à toutes et tous !

     Je ne suis plus très jeune (quoi que !) dixit mon entourage  -Hou ! Rage ! « Ô désespoir… » et donc, par conséquent, déjà un peu vieux… Pff ! ! ! ! Tout est relatif ! On a « l’âge de ses artères » comme dirait mon grand-père (93 ans !) et autres gens pas vraiment âgés ( !). On a surtout l’âge que l’on se donne… Bref, j’ai arrêté de vieillir grosso modo à 36 ans (la naissance de mon fils y serait-elle pour quelque chose ? !)  ; et la différence avec mon âge biologique, j’en fais des confettis, des serpentins ! Que la fête commence… Champagne !

    Ah, merde, j’oubliais… C’est la CRISE ! Ah, pauvre de moi ! Point de réjouissances ! Point de festivités !

     Surtout ne pas (en) rire ! Ou alors (en) mourir (de rire) ! Arborer un faciès austère est de rigueur ! Mais que faire, pour survivre, en plus de faire la gueule  ? Que me reste-t-il -moi, le plus vraiment jeune mais pas encore vieux ? Quoi ? Fondre en larmes, déprimer, me suicider… Peut-être m’exprimer en mode djeun’s1 : le binch drinking ! Boire pour boire ; se défoncer pour se défoncer ! Autant expérimenter en direct (sans passer par la rue ou autres lieux obscurs) une salle de shoot ! ? Faire un stage d’apprenti terroriste au Pakistan !  ?  Défiler à la manif (anti ou pro) « Mariage pour tous » !  ?  (Rayer la mention inutile ou choix de réponses multiples).

          Si j’étais jeune… Que faire de sa jeunesse ? 

   Du rap commercial (pléonasme), du Arrrr N’ Be (du commercial râpé telle de la protéine de lait vendue pour du fromage AOC -avant, R&B voulait dire Rythm and Blues…) et alors ? Luxe et sexe ! (remarquez le « x » dans les 2 mots).

     Rêver d’être un pathétique footballeur surpayé2 au talent approximatif, plus à l’aise au volant d’un gros 4×4 ou d’une sportive (!) que sur un terrain de jeu ? Quel jeu ? Le  gazon de la surface de réparation (qui amène au penalty) des call-girls ? Vive les séances de « tirs aux Putes » ! Luxe et sexe encore !

    Ou jouer une starlette écervelée de la télé-réalité « nan, mais allo, quoi ! » ? Luxe et sexe toujours ! Ou une caricature de la « Cage aux folles » télé -très- visuelle ? Luxe et sexe toujours !

    Autant surjouer quand on ne peut pas vivre sa vie…, quand on ne veut pas s’assumer…, quand on ne veut pas grandir…, quand on est superficiel…

  Ou alors me plonger dans la boulimie-anorexie ? Ou m’investir dans une pathologie psychiatrique ?

   Ou devenir « vieux con » avant l’heure, de génération en génération, héréditairement réac. ? (Rayer encore la mention inutile ou choix de réponses multiples).

    Sont-ce cela les rêves, les espoirs, les buts de la Jeunesse actuelle mondialisée ?

    Merde, j’crois que j’suis vieux ! Je ne comprends plus rien à la jeunesse…

    Quelle fade et triste jeunesse ! C’était mieux avant… Bref, je déchante : refrain « vieux con »… Bah, oui, j’ai l’âge ? Certes, la jeunesse « décadente » a été critiqué à toutes les époques, car c’est un aspect du passage symbolique à l’âge d’Homme qui a fait, fait et fera toujours des vagues parmi les plus âgés (mais aussi certains jeunes à peine pubères).

                         Avant. Avant. Avant…

    J’ai des souvenirs de beuveries bretonnes qui n’étaient pas du tout soft, ni light ; des rêves post-soixante-huitards enfouis dans des fumées pas que Gauloises ou Gitanes… J’ai des virées à moto hors la loi plein la tête… J’ai des incivilités (terme actuel tendance) qui résonnent encore dans l’air de mon temps (laissez tomber le jeu de mot)… J’ai encore en mémoire la vision -à l’écart car pacifiste convaincu à l’époque- de batailles rangées à coup de haches, de chaînes de tronçonneuses et autres objets contondants à la sortie de bals… J’ai des rires stupides d’adolescents qui raisonnent avec prétention… J’ai…

   C’était pareil et différent avant… C’était mieux et pire avant… Et avant quoi, me direz-vous ? Le monde était autre. La société change.

                         Pas tant que ça…

    Quel monde  inexorablement intolérant ! Il y a les extrémismes qui perdurent et se reproduisent de pères en fils, de mères en filles ; de Dieu en Dieu (antichrétiens, anti-musulmans, antireligieux, anti-athées) ; de Culture en Culture (antisémites, xénophobes, racistes du derme, anti-occidentaux, anti-orientaux), de Société en Société (anti-IVG radicaux, homophobes, machistes violents, féministes castratrices)… Et aussi les parents déresponsabilisés, irresponsables et non coupables ; les enseignants dépassés ; les éducateurs formatés3 ; les dirigeants lobbyisés ; les journalistes et médecins sans éthique et déontologie ; les commerçants aux marchandises avariées, aux produits contrefaits, aux services inexistants… Quid de la Morale ? Quid du devoir ? On ne parle pourtant que de droits…

    J’en oublie volontairement tant ça fait mal au cœur et à l’âme. Et à l’esprit !

    Il y a aussi, les biens-pensants bo(no)bos, les pseudo-indignés aux motifs illégitimes, les rebelles de salon, les révolutionnaires du vestiaire, les assistés volontaires, les bénévoles de l’entraide et du secours pas franchement catholique – « charité bien ordonnée… », les humanistes sans frontière qui laissent crever leurs voisins de palier…, les orateurs non-pratiquants (faites ce que je vous dis mais ne faites pas ce que je fais !), les conseilleurs-radins qui ne payent jamais, les citoyens-payeurs qui financent le « grand capital », les financiers qui pressent les ouvriers-citrons…

  Je m’étonnerai toujours de la diversité des vils comportements humains.

     Chacun d’entre nous n’est-il pas un peu comme cela et son contraire ? Je n’en disconviens pas !

    Que de clichés, de lieux communs pensez-vous ? Mais non, une sorte d’inventaire à la Prévert !

    Pourquoi faut-il être étiqueté, classé, catégorisé ? Pourquoi ce sentiment d’appartenance ? Ce communautarisme de pensée ? Ce tribalisme exutoire ?

 

    Je suis hétérosexuel -bah, oui- et ça me convient : ni un choix, ni une volonté, ni un désir ; juste un état d’être, sans prétention, sans fierté (pourquoi être fier de son identité et orientation sexuelles ? Cela m’échappe). Ainsi suis-je défini, plus par la société que par moi-même, ne voyant pas quelle importance cela peut avoir pour moi. Mais je vois bien quelle incidence cela a sur autrui ! Il suffit de voir l’énergie dépensée par les « anti-mariage pour tous ». Les « nanti-mariages » pour tous ? Oui mais pas que… Les « anti », seraient-ils prêts à tuer pour défendre leurs idées ? Ça fait peur !

    Le modèle hétérosexuel est-il exemplaire, dénué de tout vice, de toute perversité, dépourvu d’actes illégaux, immoraux ? NON, alors, laissons les homosexuels vivre leur vie avec les mêmes droits et devoirs que les hétéros et ensuite, la société pourra débattre s’ils sont ou pas aussi stupides que les bien pensants de la Norme majoritaire… Se marier est-ce stupide ? Plus stupide pour un homo que pour un hétéro ? Et vice versa. Je me pose d’autres questions: que pensent de tout cela les enfants éduqués dans une famille monoparentale ? Leur donne-t-on -donnera-t-on- la parole ? Combien faudra-t-il encore de suicides tentés ou avérés d’adolescent(e)s en mal être d’identité et d’orientation sexuelles ? A voir…

Depuis la nuit des temps, et partout sur notre Terre, l’homosexualité est une réalité ; pourquoi la contester ?

   Bref ! Dorénavant, on pourra être malade, pauvre, chômeur…mais au moins se marier avec qui on veut ! Ça fait plaisir ! Belle (r)évolution !

      Pourquoi le sexe est-il si dérangeant ? Pourquoi le Sexe perturbe l’Homme (la femme aussi -rires) ; d’autant plus quand il est Religieux ? Avoir la foi, est-ce sexué ?

« Aimons-nous les uns, les autres » m’a-t-on appris au catéchisme (à l’enfance, on subit aussi la religion : l’éducation, sous toutes ces formes, n’est pas un choix personnel). Et plus tard, adulte, pour la plupart, l’Amour, c’est « (…) les uns sur les autres » (rires).

      Mais d’abord, si on commençait par s’aimer soi-même ?

    Les religions ont-elles le monopole de l’amour, de la tolérance, de la morale, du partage… Je ne le pense pas. Il convient -à mon sens- de faire un distinguo entre « religions » (ce que les hommes ont fait de Dieu : écritures, traductions, interprétations…) et « Dieu » (entité suprême que l’on peut nommer différemment selon la Culture, l’Histoire…, représenté sur Terre par différents prophètes).

    Je n’ai pas la Foi mais je ne suis pas sans foi, ni croyance. Je ne suis pas non-plus athée. J’ai étudié les religions et je n’ai pu en retenir que le meilleur : je crois dans un Dieu d’Amour Universelle. Je ne peux pas être religieux car je suis un être humain qui croient qu’« Il vaut mieux s’unir pour obtenir le bonheur sur la Terre que de se disputer sur l’existence d’un paradis dans le ciel4 ».

Les catholiques de l’eXtrême crient aux meurtres au sujet des embryons avortés mais sont les plus grands consommateurs de porno aux États-Unis ; où est donc la vie ? Où est donc la place de l’humain ?

Les musulmans modérés et sympathisants prônent la tolérance de cette religion. Pourtant, bien peu ne condamnent les attentats, ni les discours racistes et haineux anti-européens, anti-blancs (oui, ça existe en dehors de toutes considérations politicardes), ni les persécutions et massacres de chrétiens et autres innocents… Alors, la seule tolérance de l’Islam n’est-elle que de tolérer l’Islamisme fanatique ? « Qui ne dit mot, consent », non ? Et ne me dites pas que je fais un amalgame entre musulman et islamiste ! Je connais bien la différence ; soyez-en sûr !

     Et les juifs ? Non, chut, il ne faut pas parler d’eux… C’est passible de con-damnation ! Je ne veux pas être un exilé « dieudonnesque »5… Quoi que ! Il faut lire entre les lignes pour savoir ce que n’elles ne disent…ou pas. Enfin, je dis ce que je veux ; je ne suis pas que « français de souche6 ». Commençons par faire la différence entre juif, israélite et israélien ; ça aide à la compréhension.

            

   Aparté : mon pseudo n’est pas dû au hasard… Mes mots peuvent paraître durs ou déplacés ; incompréhensibles ; sources de malentendus et pourtant, je ne souhaite qu’un dialogue constructif et respectueux. Je sais que « l’on ne peut être d’accord sur tout mais aussi que l’on peut être surtout d’accord ». Je sais aussi « que l’on peut rire de tout mais pas avec tout le monde ».

    Que faire donc, d’autres en ces temps de Crise ? Se plaindre jusqu’à la retraite en râlant contre tout mais surtout contre rien de valable comme tout « bon français » ? Refrain « vieux con » bis.

    Les vieux, parlons-en ! Pourquoi attendent-ils toujours l’heure de la sortie des bureaux (de ceux qui payent leur retraite) pour envahir les commerces ? Parce qu’ils sont seuls ! Parce que la société occidentale les oublie ! Parce qu’« Un vieux qui meurt n’est plus une bibliothèque qui brûle » (Proverbe africain).

Les vieux, pas plus que les enfants ne doivent être maltraités, exploités, abandonnés, etc. Car ne sont-ils pas la mémoire de l’Histoire pour les uns et le renouveau de l’Humanité pour les autres, le ciment de la Société ?

  J’ai un fils -trait d’union entre l’Europe et l’Afrique ; pré-ado rêveur, sportif… Heureux de vivre !

  Qu’est-ce qu’un jeune-vieux, hétéro, râleur, artiste des mots, équilibriste de l’âme, religieux du cœur…, lui laisse-t-il dans ce monde en décomposition ? Parfois, j’ai peur…que mon optimisme se fatigue et que ma colère s’essouffle…

Bonne journée !

   Chriss😉

                                                                                   Le 29/05/2013 – © chridriss

1 Terme déjà désuet en 2013 !

4 Maurice Thorez

6 Voir article à paraître en Juin 2013.

5 réflexions sur “« Vieux con ! »

  1. Le moins que je puisse dire,c’est que lorsque vous vous mettez à dénoncer les maux qui minent la société actuelle,vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère.Tout le monde en prend pour son grade.Et c’est pas plus mal d’ailleurs parce que ça nous mets tous sur un meme pied d’égalité.Ou me placer parmi ce panel.Nulle part.Mes prises de positions varient au gré de mes humours aussi,je l’avoue parfois.Vous avez une écriture incisive,percutante et tranchante.P.S.Je commençe à avoir peur de l’atterrissage!aie!aie!aie!

    J'aime

    • Pourtant, j’ai cru faire soft…
      Mais non, Rita, il ne faut pas avoir peur !
      L’atterrissage se fera en douceur 😉
      Vous dites : « …au gré de mes humours… » ;
      est-ce un lapsus ou est-ce volontaire ?😉

      Au plaisir de vous lire encore !

      J'aime

  2. Maintenant,que vous me le faites remarquez.C’est un lapsus révélateur involontaire de ma part.Ma tete a sans doute traduit ma pensée… »humeurs,humours » se regoignent aussi,non.

    J'aime

Merci pour votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s