Mandela reposera-t-il en paix ?

                Qui suis-je pour commenter le décès de ce vénérable homme ? Quelle légitimité ai-je ? Qu’allé-je dire de plus qui n’a déjà été et sera dit ? Pourquoi suivrais-je le cortège médiatique, la meute morbide ? Et serais-je aussi pertinent que mes ami-e-s de la blogosphère ? A commencer par Ms Roots qui m’a inspiré cet article et que je remercie ! Retrouvez le sien sur le même sujet : ici

       Non, je ne voulais pas écrire un article mais…

      Combien de personnes vont lui faire de fausses éloges, combien vont l’encenser avec une hypocrisie manifeste ? Tous les « grands de ce monde » (et pas qu’eux). Et ceux-là même qui l’ont bafoué, dénigré, vilipendé ; ceux-là même qui l’ont ignoré de son vivant seront les plus bavards !

        Non, je ne voulais pas écrire un article mais…

      Chaque internaute y va de son « RIP » sur les réseaux sociaux et après ? Après, on va en cours ; on va chercher le pain ; on va au cinéma ; on va au taf ; on va au lit ; on…et après… ? Après,  » The show must go on !  » Et basta !

      Triste constat de cette réalité…que je ne supporte pas  ! Ô monde cruel, que fais-tu des hommes intègres, des combattants de l’impossible ? Tu oublieras vite celui que tu nommes « héros » ; tu piétines déjà sa tombe ; tu craches déjà dans la soupe des idéaux justes ; tu continueras à vomir ta haine de l’Autre !

       Non, je ne voulais pas écrire un article mais…

    Comment rester silencieux face aux propos violents, racistes et sexistes que j’ai pu lire et entendre ces derniers temps ? Comment faire face à cette médiocritude humaine ? (que je ne citerais pas ici : ce serait lui donner encore du crédit). Je ne peux m’empêcher de penser que ces gens-là diront : «  Mandela, c’est pas pareil ! »

       Mr Mandela était déjà considéré comme un héros, une légende de son vivant ; ce qui est rare ! La plupart du temps, c’est à titre posthume ! Un être humain exceptionnel ! Un exemple ! Il a vécu ; il n’est plus. Il a parlé ; il a agi. Certes, mais son combat, lui, n’est pas fini ! Vraiment pas fini ! Loin de là ! Le chemin est encore très long…

      C’est à chacun à son niveau de lutter. C’est à chacun de perpétuer son idéal ! Oui, une société où les noir-e-s ne seraient plus sous la coupe du « privilège blanc » ; où les blanc-he-s ne seraient plus colonialistes, paternalistes, racistes…est possible. Oui, une société plus juste, plus équitable ; plus ouverte, plus empathique ; plus équilibrée, plus sereine…est possible ! « Inaccessible étoile » me direz-vous ; combien ont essayé de l’atteindre sans y parvenir ? Certes mais tous ont permis et permettrons à d’autres de gravir quelques marches : un jour, du haut de l’édifice, d’aucuns contempleront le chemin parcouru dans la reconnaissance pour leurs pairs et diront : « oui, ils ont bien eu raison d’oser ; de défendre leurs idées, leurs convictions ; de croire en une société meilleure ! Et que l’on ne vienne pas me parler d’angélisme et d’humanisme béat !

      Mr Mandela serait défini par ses détracteurs comme idéaliste, utopiste ? Et alors ! ? Il ne rêvait pas : il a donné sa vie pour un idéal de société tout comme d’autres leaders du même acabit ; peut-être le seul – même s’il en a payé le prix – à ne pas en être mort ?

                   Toute cause juste et digne est à défendre.

     Non, je ne voulais pas écrire un article mais…

   « Qui ne dit mot, consent ! » alors je ne pouvais me taire face aux abjections des uns, au silence des autres ; et par solidarité avec ceux qui souhaitent que Monsieur Mandela repose sincèrement en paix.

     

                               Chriss                                                                            

        Malakoff, le 06/12/2013 – © chridriss

 

 

           Invictus 

« Dans les ténèbres qui m’enserrent
Noires comme un puits où l’on se noie
Je rends grâce aux dieux, quels qu’ils soient
Pour mon âme invincible et fière.
Dans de cruelles circonstances
Je n’ai ni gémi ni pleuré
Meurtri par cette existence
Je suis debout, bien que blessé.
ce lieu de colère et de pleurs
Se profile l’ombre de la Mort
Je ne sais ce que me réserve le sort
Mais je suis, et je resterai sans peur.
Aussi étroit soit le chemin
Nombreux, les châtiments infâmes
Je suis le maître de mon destin
Je suis le capitaine de mon âme.  »

William Ernest Henley (1843-1903)

Merci pour votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s