Depardieu, l’innocent…

     Capture Innocent Depardieu

 

    Voilà, je viens de terminer la lecture d’Innocent de Gérard Depardieu1 ! Oui, vous avez bien lu : Gérard Depardieu ! Qui ? Quoi ! Ce beauf sexiste et raciste, ce goujat ventripotent, ce vulgaire australopithèque, ce gros-sied répugnant personnage, cet ami de chefs d’états peu fréquentables, ce soi-disant « monstre sacré du cinéma » ? ! Ne niez pas, j’ai lu ces qualificatifs dans vos pensées !

     Oui, il se disperse en pensées et géographiquement. Oui, il est adepte du dérapage (et le revendique). Oui, il côtoie des personnalités sujettes à interrogations. Mais il est loin d’être ce qu’on entend de lui régulièrement. Bien au contraire, il me semble que c’est un être humain intègre, authentique, intelligent, cultivé, avec des valeurs respectables…comme nous tous, d’ailleurs, n’est-ce pas ? Une chose est sûre : lui est lucide sur notre époque !

       C’est avant tout un ogre, un boulimique de la vie.

      Dans cet ouvrage, il revient sur l’amitié, son enfance, le cinéma, la politique, les gens, les religions…

    C’est peut-être parce que je suis autodidacte comme lui que j’ai une affection particulière pour Depardieu. Mais je n’ai pas eu son destin… Il ne m’a pas été permis de rencontrer des pointures artistiques – des artisans – Blier, Gabin, Audiard, Carmet… Bien qu’il soit nostalgique du cinéma d’antan, saviez-vous qu’il produit des cinéastes inconnus en France voire au bout du monde ? Qu’il joue gratuitement dans des films à petit budget ? Qu’il s’investit dans le cinéma d’auteur ?

      Depardieu aime l’Histoire et l’a étudiée. Pas celle des manuels scolaires. Celle que l’on cache, celle qui met à mal la République Française et ses Lumières ; celle dont on ne peut être fier. La politique, c’est le pouvoir donc l’absence d’honnêteté. « Le pouvoir, c’est ce qui tue l’innocence ». Il exècre l’injustice et l’hypocrisie. Seule solution : l’amour. Même si ça devient difficile car nous sommes « entourés d’ondes négatives ».

      Gérard est un terrien ; il aime parcourir la campagne, être au contact des gens « d’en bas » ; que ce soit en France, en Europe de l’Est, en Afrique… Découvrir la culture, l’agriculture…et tout ce que cela produit ! Il a un besoin insatiable de remplir son esprit comme son estomac ! Vagabonder. « Je viens sans bagage et j’apprends ».

      La Russie ? C’est d’abord une histoire d’âme et de littérature. Pas de politique(s). Très intéressant ce passage où on peut comprendre son amitié avec Poutine et son agacement vis-à-vis des Américains, qui, « toujours la Bible en main, ont organisé l’esclavage… ». « La réalité est dans l’ombre, la lumière est réservée aux apparences » ; ce qui est loin d’être le cas avec les Russes.   Il y a bien plus à dire sur eux que sur Poutine. Nos alliés l’ont été et le sont encore par intérêts. Les Français feraient bien de relativiser…

    Vous n’imaginez pas Depardieu faire du Yoga, vivre dans un temple Shaolin ? Et pourtant… Les religions ? Il les a bien étudiées et…il les souhaite « débarrassées de la politique » c’est-à-dire liées à l’essentiel – la spiritualité, la nature…

      Il nous parle aussi de Barbara et son don de soi, de l’énergie, de ses failles…

      Vivre au présent. À l’instinct. Comme une mauvaise herbe. Libre.

      Un innocent.

                  Chriss

                                                           Le 28/12/2017- © chridriss

 

1- Innocent, Gérard Depardieu, Cherche midi, 2015.
Publicités

Merci pour votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s