Fumer, tu le veux bien ?


      Comme certains d’entre vous le savent, j’aime à dire que je suis un « intermittent du tabac » : une expression pirouette pour signifier -entre autres- une fois n’est pas coutume, que l’on ne m’étiquettera pas non plus sur ce sujet-là ! J’abhorre les étiquettes et les extrêmes…

Selon que je sois en mode fumeur ou non, je ne suis ni un irréductible inconditionnel du «  je fume si je veux, où je veux et quand je veux ! », ni un horrible moralisateur extrémiste de la secte des A.T. , les « Amers Tristes Anti-Tabacs » (au pluriel car ils ne tolèrent aucun arôme, aucun(e) mode de consommation).

« Intermittent du tabac ». En effet, je respire des périodes plus ou moins longues d’enfumages excessifs, style « Andouille dans la suie » (cependant, je reste assez respectueux d’autrui), en alternance avec des traversées du désert pures -air pur- sans feu et sans fumée, d’une durée de quelques jours à quelques années… Usage à outrance ou abstinence. Curieuse pratique quelque peu atypique !

Soit ! J’ aime fumer !

En fait, j’ ai surtout pris la mauvaise HABITUDE d’AIMER fumer ! Une routine, un besoin que je me suis créé, un plaisir ridicule et inutile…

J’ai, néanmoins, cette « bonne conscience » qui me dicte de rouler les cigarettes moi-même avec du tabac presque bio… Un pis aller ! Rire ! (non, je ne parle pas ici du cannabis; peut-être le sujet d’un futur article ? ).

Ah… fumer ! Je sais pertinemment que cette locomotive à charbon ne m’emmènera pas a priori en 1ère classe vers une destination de rêve. Bien au contraire, c’est plutôt une expédition lente pour le fond de la mine !

On ne peut nier l’effet de la combustion, coupable de l’encrassement des poumons, et l’action concomitante des autres facteurs et composants -agents de saveurs et de textures- nocifs au corps humain… « Je voudrais mourir jeune mais le plus tard possible » comme disait Desproges.

Et le porte-monnaie ? Vous comprenez pourquoi on parle d’argent liquide… Avec la clope, on devrait plutôt dire vapeur tellement ça disparaît à une vitesse phénoménale ! Comme de la fumée, quoi ! Ne trouvez-vous pas que c’est paradoxal de fumer beaucoup quand on a un niveau de vie faible ?

Qu’il est pourtant bon d’avoir l’haleine fraîche, les dents blanches, l’odorat en alerte, le goût à l’ écoute des papilles, la bonne mine, la voix claire, le souffle ample…

Quid des arguments pro-tabac ?

Fumer pourrait et devrait être -et le rester- uniquement un plaisir ponctuel et délicat, un acte choisi et délibéré. User mais ne pas abuser ! Et pourtant, c’est si rare qu’ il en soit ainsi !

Pourquoi alors s’adonner à ce qui peut nuire à son propre bien-être ? La faute à la société ? La faute à la bêtise humaine ? La faute à qui, à quoi ?

C’est la faute à la nicotino-dépendance ! Voilà ! Ouf, la Science a parlé ! Si, si… puisque tout le monde des Spécialistes le dit ! C’est une addiction donc une maladie ! La Médecine toute puissante se porte au secours des fumeurs…avec l’état, le même qui vend légalement cette drogue ! (bah, oui, addiction=drogue).

En résumé, on nous vend (cher) de la merde qui peut nous faire beaucoup de mal mais on va nous aider à nous en débarrasser… C’est drôle, non ? Qui parle du lobby des cigarettiers, celui des laboratoires pharmaceutiques ? Tout n’est que pure coïncidence… Rire jaune (de dents) de fumeur.

Les substituts nicotiniques restent aussi des poisons (ils contiennent du nickel) et ne remplacent pas la motivation, le désir d’ être libre. Il n’ y a pas de méthode infaillible et miraculeuse; vous seul avez la solution; elle est en vous !

Cette interdépendance des acteurs fonctionne sur des principes assez curieux: la conviction que vous avez d’être dépendant, qu’arrêter de consommer cette merde est au dessus de vos forces mais aussi que vous devez vous sentir coupable envers vos semblables et la société.

Oublier cela ! Inverser la tendance !

Imaginer que la dépendance n’existe pas (ou du moins que vous n’y êtes pas sensible), que vous êtes convaincu que fumer du tabac est réellement mauvais pour vous, que vous préférez être libre de ne pas suivre la masse bêlante, que vos motivations pour l’arrêt valent bien celles mises en avant pour l’achat d’un écran plasma (par exemple); que vous êtes acteur de votre vie. Là, vous deviendrez non fumeur facilement, simplement, en toute évidence.

Je suis persuadé -convaincu- que la pensée a -peut avoir- un pouvoir infini sur nos actes. Nous sommes ce que nous pensons. Je vous vois sourire…la méthode Coué, pensez-vous ? Peut-être… Entre autres…

Arrêter de fumer, c’est FACILE ! « Yes, you can ! »

C’est un état d’esprit, un (auto)-conditionnement. Ce n’est pas plus stupide que de fumer…

D’abord, déterminer une date d’ arrêt et être en pleine conscience de ce que vous voulez obtenir, en définir les bénéfices; développer sa propre motivation conjointement à la discipline à mettre en place afin d’aider sa volonté pour atteindre l’objectif; visualisez-vous en non fumeur…et hop !

Dès la première minute suivant l’arrêt du tabac, ressentez les premiers bénéfices physiques et dites vous: je suis un être libre ! Je suis fort mais humble; je suis maître de mon destin !

MOTIVATIONS ! Toujours motiver et positiver !

Bien sûr, il faut prendre les moyens de ce que l’on veut, comme dans tous les domaines de la vie et cela demande des efforts ! Il n’ y a pas de télécommande, ni d’option « Aide F.A.Q. ».

Prendre du poids n’est pas non plus inéluctable; cela se gère aussi. Une activité sportive et une hygiène alimentaire suffiront à ne prendre que 2 ou 3 kilos (qui seront facilement éliminés par la suite) voire à maintenir votre poids. Ne pas vouloir absolument tout gérer en même temps.

Arrêter, c’est bien et relativement facile mais comment ne pas replonger, comment ne pas être en lutte permanente, ne pas générer de frustrations et les compenser ? Cela aussi, il fait l’anticiper, l’imaginer pour savoir quoi faire en cas de craving*.

Reprendre la clope ?

Je choisis de le faire comme je choisis d’arrêter mais aussi parfois -comme pour beaucoup de concernés- parce que j’ai « baissé la garde »; la vigilance s’est altérée au fil du temps et j’ai cru être définitivement plus fort que « cette merde » en m’octroyant le pouvoir d’en « griller » juste une… Colossale erreur ! On oublie comment on crachait nos poumons, comment on avait la bouche pâteuse …pour ne penser qu’à la bonne clope avec le café, à l’apéro…et un jour, on craque !

L’échec ne doit pas vous anéantir; c’ est normal. La plupart des fumeurs ont fait de nombreuses tentatives avant l’arrêt définitif.

Parfois, j’ai souhaité être non fumeur définitivement mais dans la vie, rien n’est acquis, rien n’est certain… Je profite pleinement de ces pauses jusqu’au jour où… je recommence à fumer !

Mais aussi, jusqu’au jour  où j’aurai décidé de ne plus JAMAIS toucher à cette merde !

Au fait, je suis repassé en mode non fumeur depuis un peu plus d’une semaine…  » You know what ? I’m happy ! »

     Au plaisir !

      Chriss  🙂

 

Le 09/06/2010 – © chridriss

 

*craving: Pulsion qui amène le consommateur à revenir vers la substance, une impulsion à rechercher le produit et à le consommer de façon compulsive.
Il s’agit d’une sensation de très forte intensité, comparable à la soif ou à la faim. Ce désir similaire aux besoins naturels est une construction psycho-comportementale.

Publicités

L’Homéopathie: c’est « ma » médecine…

 

       Lors d’une intervention sur un blog concernant la vaccination anti grippale H1N1, une tierce personne, à qui je parlais de prévention homéopathique, me fit remarquer qu’elle n’y croyait pas, juste une question de ressenti.
Je lui répondais que l’homéopathie fonctionne très bien avec les animaux et que ceux-ci ne sont adeptes d’aucune croyance… A l’instar de cette discussion, je  décidai de créer un article sur le sujet. Merci à toi de m’en avoir donné l’idée !

Pourquoi suis-je convaincu des biens fondés de l’homéopathie ? Pourquoi n’ai-je plus recours aux antibiotiques ? Pourquoi un traitement préventif de la grippe par homéopathie ?

Quand j’étais jeune adulte, en Bretagne, je me moquais gentiment de cette discipline médicale et pharmaceutique (alors que ma mère, mon frère et ma sœur  l’ utilisaient)…jusqu’au jour où, j’essayai sans conviction, ni croyance et toujours avec des a priori négatifs.

En effet, je faisais des angines à répétitions tous les hivers (j’étais déjà fumeur !) et une année en Janvier, une angine dégénéra  en  phlegmon.

Je ne pouvais plus rien avaler ! J’avais un « coup de taureau » ! Une fièvre de cheval ! Une haleine de phoque ! Je crachais des choses innommables…

BEURK !

Il y avait urgence ! Un médecin allopathe me mit  d’emblée sous pénicilline et commença à parler d’opération…je fus malade 3 semaines et c’est là que l’on s’aperçu que j’étais allergique (comme toute ma famille d’ailleurs) à la dite pénicilline ! Super !
La même année, à Pâques (bonjour la résurrection !), nouveau phlegmon ! Cette fois, une antibiothérapie en vint à bout après environ 3 semaines (encore ! Décidément…); ce qui au passage me détruisit la flore intestinale et provoqua une diarrhée (descente aux enfers !) qui dura plus d’ un mois !
Jamais 2 sans 3 ! En juillet, nouveau phlegmon ! Que faire ? L’opération m’attendait ! Par peur de celle-ci et en dernier recours, j’allais voir l’homéopathe de la famille. Il me donna un traitement qui me remit sur pieds plus confortablement et plus rapidement (sans effet secondaire !) et ne me parla pas d’opération ! Ouf !
Je suivis un traitement de fond (pendant 6 mois) et depuis ce jour, je ne fais plus d’angine !!! Et j’ai toujours mes amygdales !

Mon médecin actuel (homéopathe et acupuncteur) -celui qui me suis depuis que je vis à Paris (20 ans !)- me connaît très bien (c’est essentiel !) et me voit rarement ! Je m’auto-médique homéopathiquement (avec son accord téléphonique) et je suis « adepte » des recettes de « grand-mère » (miel; etc); en outre, l’herboristerie, la phytothérapie sont aussi mes copines !
Mon médecin est contre la vaccination anti-grippale A et m’a prescrit (ainsi qu’à mon fils) un traitement préventif; bien que je pense que cette fameuse grippe A est une fumisterie économico-politico-médiatico-…mais c’est une autre histoire !

Je suis rarement malade et jamais gravement. A noter, cependant, que j’ai  « la chance » de cumuler 2 maladies rares ! Je les ai mises en sommeil grâce à mon approche de la santé et à mon mental positif !  Je suis persuadé du pouvoir de l’esprit sur le corps. Les médecins spécialistes qui m’ont suivi ( je ne vais plus les voir depuis des années) ne comprennent rien à « mon cas »…

Ceci dit, je ne suis pas un gourou et ne tient pas à le devenir; chacun est libre de se gaver d’antibiotiques, de se faire vacciner contre tout et n’importe quoi…

Si je relate mon expérience, ce n’est que pour ouvrir des portes…Chacun fait ce qu’il veut, bien entendu !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

        Chriss 😉

 

Le 11/04/2010 – © Chridriss