Exibit B : Exhibition Bananière à Boycotter !

      J’ai peu commenté sur les réseaux sociaux au sujet de cette expo — puisque je n’ai guère de légitimité à le faire — et je n’avais pas l’intention d’en faire un article (tout a déjà été dit, le pire comme le meilleur). Cependant, je vais pianoter, quand même, quelques mots car « Qui ne dit mot consent » et comme je ne consens pas et que je ne sais pas me taire, je me dois d’être clair et transparent :

  Je condamne cette pseudo « performance artistique » de Brett Bailey (que je n’ai pas vu – on n’est pas obligé d’avoir un cancer pour en parler !)et j’ai soutenu et je soutiendrai encore, à titre personnel, isolé, sans militantisme (?)mais publiquement, les manifestant-e-s contre celle-ci. Je préfère la plupart du temps agir dans l’ombre, modestement. C’est ma manière de contester, protester, revendiquer… Chacun sa méthode. Je laisse la lumière à ceux qui savent s’exposer. N’allez donc pas penser que j’arrive après la bataille !


     Pourquoi être contre Exibit B ?

  • Parce que sous couvert d’Art, on ne peut pas tout accepter, sans condition, ni avertissement.

  • Parce que la présentation de l’expo est financée avec de l’argent public et qu’il est du devoir de chaque citoyen de demander des comptes sur ce que l’Art, ainsi dispensé, propose aux contribuables.

  • Parce que ce spectacle montre des personnes noires :

    – en cage, tels des animaux. La symbolique peut (se) prêter à de nombreuses interprétations odieusement malsaines…

    – statiques donc passives (les noir-e-s n’ont pas le droit d’être actifs sauf si c’est – encore des clichés – dans le sport, la musique, la danse).

    – muettes par défaut donc sans le pouvoir, ni le droit de s’exprimer.

    – crûment nues pour certaines donc affaiblies par un certain voyeurisme.

    Tout cela participant à la stigmatisation d’une population et rappelant les « tristement » célèbres « zoo humains » d’un autre temps.

  • Parce que c’est un blanc, paternaliste, avec ses privilèges re-niés, qui a conçu et propose cette expo sans montrer, ni démontrer le rôle des blancs esclavagistes et l’impact de la colonisation.

  • Parce que la parole intrinsèque des concerné-e-s soit les non-blanc-he-s, dans et en dehors du spectacle, est confisquées, censurées, bafouées, dénigrées.

  • Parce que la censure va toujours à l’encontre des victimes ; qui, elles-eux, n’ont pas droit à la sacro-sainte liberté d’expression, cette dernière défendue elle-même par les censeurs. Paradoxe ! Les pro-Exibit B s’autorisent tous les droits alors que les manifestant-e-s directement concerné-e-s n’ont pas le droit de s’exprimer à bon escient ! Ils ont même eu droit à une protection policière ! (Cette dernière n’hésitant pas à faire usage de violences à l’encontre des manifestants pacifiques).

  • Parce que l’expo va rapporter de l’argent à son créateur et ne servira pas la cause de ce qu’il prétend dénoncer.

  • Parce que les responsables de la programmation (et leurs soutiens)démontrent le contraire de ce qu’ils proclament haut et fort dans les médias : ils ne sont pas antiracistes ! Bien au contraire, ils font le jeu du racisme !


            Exibit B : Blessante à Bannir !


   Cette expo a déclenché une polémique qui ne donnera pas, malheureusement, plus de visibilité aux concerné-e-s ; pire, elle les a confiné dans l’irresponsabilité, la marginalisation, l’opprobre…décrétées par les censeurs : elle les a stigmatisé encore plus. Alors qu’ils auraient dû et devaient être écoutés, entendus, considérés parce que leurs revendications étaient et sont légitimes et qu’elles-ils ont été — je me permets de reprendre leur slogan — « Droit-e-s, Dignes et Déterminé-e-s ! »

  Certes, l’expo est finie mais la lutte des détracteurs de celle-ci continue ; je vous invite donc à visiter les liens suivants, pour une reconnaissance de leurs biens fondés et pour comprendre RÉELLEMENT le racisme :

La pétition

Le Blog

La page Facebook

Antiracisme et privilège blanc

Les décolonisés

Une autre histoire

Quartiers libres

  Quelques citations à partager :

« Les nations européennes se vautrent dans l’opulence la plus ostentatoire. Cette opulence européenne est littéralement scandaleuse car elle a été bâtie sur le dos des esclaves, elle s’est nourrie du sang des esclaves, elle vient en droite ligne du sol et du sous-sol de ce monde sous-développé. Le bien-être et le progrès de l’Europe ont été bâtis avec la sueur et les cadavres des Nègres, des Arabes, des Indiens et des Jaunes. Cela nous décidons de ne plus l’oublier. » Frantz Fanon

« Si vous n’êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment. » Malcolm X

« Aussi longtemps que les lions n’auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur. » Proverbe africain

« Le racisme, c’est une vieille tradition française. La France a une tradition coloniale, colonialiste, esclavagiste, d’inégalités sociales, d’inégalité raciale très enracinée. Le poison de la colonisation et des guerres coloniales n’est pas encore disparu du corps social français. » Pierre Joxe, ancien Ministre de l’Intérieur et de la Défense in « Un parcours de conviction, Pierre JOXE ». France 3 (diffusion le 02/12/2014).

   Je terminerai cet article en vous proposant d’aller voir Mary Prince (prolongation jusqu’au 31/12/2014), qui est, cette fois, un spectacle essentiel, pour la compréhension de l’esclavage, du racisme institutionnalisé (article à suivre bientôt).

     Chriss   😉

                        © chridriss – le 14/12/2014.

389302_377958308907708_1183850378_n

Publicités

Tweet again… 10

Un tweet peut vous envoyer dans l’inconnu. On fait votre éloge et puis, un jour, vous n’existez plus… The show must go on… But so  ;(

—————-

Il n’y a pas de dérapages des politiques; il n’y a que des lapsus révélateurs

Il n’y a pas de bavures policières; il n’y a que des meurtres ou tentatives de meurtres.

—————-

Racisme et (néo)colonialisme vont si bien ensemble. Et le paternalisme…

Un couple mixte ne prouve pas que le/la blanc-he n’est pas raciste.

—————

Les SDF sont « au ban de la société »; est-ce pour cela qu’ils ne mériteraient qu’un banc ?

————–

 

 

Récap. 2014 :

Tweet again… 3

Tweet again… 6

Tweet again… 7

Tweet again… 8

Tweet again… 9

 

 

A suivre…

  Chriss     😉

 

© chridriss – Novembre-Décembre 2014

« Privilèges blancs…de souche »

Il y a quelques jours, j’ai relu cet article et celui-ci, un an et demi après les avoir écrit. Que s’est-il passé depuis ? Ai-je mûri (dans) mes réflexions ? Ai-je changé d’avis et renoncé ? (oui, je me remets en question régulièrement).
Faisons le point ! (enfin, moi, je le fais ; vous, c’est vous qui voyez ! 😉 )

   Tout d’abord, je suis étonné et sensible au fait que mes mots n’ont eu qu’une portée relative ; en effet, j’ai été apparemment beaucoup lu et mes textes ont été maintes fois partagés sur les réseaux sociaux mais il s’avère qu’il y a bien peu de réactions en retour sur mon blog. Je ne parle pas du style mais du contenu bien sûr, même si des compliments sur mes supposées aptitudes à l’écrit font plaisir. En fait, c’est le ratio visibilité/commentaires qui m’interpelle. Quid de l’interactivité ? Et pas que sur ces sujets spécifiques… J’ai sûrement tort de penser que les personnes qui aiment (me)lire, aiment aussi (m’)écrire ; ce n’est apparemment pas le cas. Ainsi soit-il ; je respecte votre silence. Comme j’ai pu déjà le faire savoir ici ou ailleurs, ce n’est pas tant une question de chiffres ou de statistiques qui m’importe mais une question d’échange, de dialogues, de débats. Et là, je reste sur ma faim !

   Bref, passons… Le plus important est d’avoir fait passer un message…

   Ceci étant, je n’expose pas ma pensée uniquement que par l’écrit ; je parle aussi ! Concernant ces sujets, force est de constater que dans mon entourage proche ou pas, rien n’évolue ou presque : j’ai le sentiment de parler – à quelques exceptions près – à des murs ou à des tombes (au choix !). Je fais figure de mutant, d’extraterrestre, de marginal…(barrez les mentions inutiles) face à mon laïus surprenant ( ?)voire choquant de blanc*

…parmi les blancs :
    Me comprennent-ils vraiment ? Se sentent-ils interpellés ? Préfèrent-ils en connaissance de cause garder leurs privilèges « au chaud » au lieu de (se)les avouer et se remettre en question ?
Mes propos seraient-ils sujets à de l’indifférence, à du mépris ? Suis-je perçu comme un traite ?

         Tant de questions…et si peu de réponses…

   Il est pourtant évident que dans la société, il existe une dominance et qu’elle est blanche ! Et ce, à l’échelle de la planète ! Il est évident que cela est lié à la colonisation (et pas que). Il est évident que le racisme – construction sociale – doit être combattu ! (Non, être raciste n’est pas une opinion !)

   Mais c’est tellement confortable de ne pas subir de contrôle au faciès, de ne pas subir le racisme au quotidien, de ne pas avoir de remarques et de gestes désobligeants quant à sa coiffure, de ne pas être stigmatisé, considéré comme le « méchant », l’indigent, l’usurpateur, le menteur, le voleur…parce que « d’origine étrangère » !

…et parmi les non-blanc-he-s :
    Bien que ne parlant pas à la place des concerné-e-s (les non-blanc-he-s)mais allant dans leur sens, je soutiens indéfectiblement celles et ceux qui m’ont ouvert les yeux, qui m’ont instruit ; qui m’ont fait prendre conscience de ce que je défends aussi, dorénavant. Le paradoxe – s’il en est – est que mon discours est (parfois)aussi mal perçu par celles/ceux-ci ! En effet, les personnes qui m’ont « initié » restent sur la réserve quant à mes dires et mes actions en tant qu’« alliés » (ce que je conçois et accepte : la trahison est toujours une éventualité ; puisque je quitte ma position de dominant pour « défendre » leurs causes : celles des opprimé-e-s).

   Par ailleurs, parmi les nombreux racisé-e-s que je fréquente, au quotidien (travail, etc), je me heurte ponctuellement à de l’incompréhension, à de l’étonnement, de leur part : ces personnes rejettent mon propos alors que je ne suis que passeur d’idées (je ne relaye que les paroles des concerné-e-s conscient-e-s), n’admettant pas par là-même, l’existence du « privilège blanc », dénoncé d’abord et surtout par d’autres non-blanc-he-s. Il est à noter que ce n’est pas le fait que ce soit un blanc qui leur parle ; il ferait de même si je ne l’étais pas. Ces derniers se sont tellement conformés à la norme sociale de l’oppresseur, c’est-à-dire intégrés, assimilés, qu’ils ne voient pas où est le problème.

   Noir-e-s ou blanc-he-s, me disent parfois de prendre de la distance, du recul vis-à-vis de ces sujets ; que ce n’est pas mon problème… Peut-être d’aucun-e-s pensent que je suis manipulé, endoctriné…c’est bien mal me connaître ! D’autres me demandent qui je suis – et pour qui je me prends – pour défendre des causes avec autant de véhémences : « tu n’es pas M.L. King ou Gandhi ! ». Évidemment que je n’ai aucune prétention de cet ordre, que ce n’est pas comparable mais je défends un point de vue comme tant d’autres afin que la société change, que le monde bouge positivement, pour redonner de la vie à la vie ! « Les gouttes d’eau font les grandes rivières ».

   Je ne suis qu’un être humain « sans dent », un sans grade de la « France d’en bas », une personne lambda…mais aussi un parent responsable, un type qui se soucie du présent et de l’avenir…et aussi un électeur libre !

   À bientôt !

      Chriss  😉

 

* « blanc » n’est pas en référence à une couleur de peau biologique mais relatif à un point de vue social.

 

© chridriss – le 25/11/2014.