Faits d’hiver…

      En cette fin d’année 2014, deux faits divers en France, viennent perturber cette période de festivités obligatoires. Un homme est entré dans un commissariat, près de Tours, et a blessé 3 policiers dont 2 grièvement. Un autre homme a fauché 11 personnes avec sa voiture à Dijon. Le point commun entre ces 2 personnes : elles ont ou auraient crié : « Allah Akbar » (« Dieu est grand », en arabe) !

    Et alors ?!

   Alors, les médias (et le gouvernement), au lieu de mettre en avant (ce qui n’est pas une bonne chose non-plus) le fait que ce sont 2 personnes souffrant de troubles psychiques voire psychiatriques, ont comme d’habitude, relevé et monté en épingle la référence à l’Islam. La stigmatisation continue…l’Islamophobie est en pleine croissance ! (faut bien trouver de la croissance quelque part !).

   Dans la société française, un discours récurrent consiste à faire un amalgame entre musulman et islamiste (« musulman intégriste »). À chaque fois qu’un (prétendu) islamiste commet un délit ou pourrait commettre un délit, c’est toute la communauté musulmane que l’on montre du doigt. Là encore, la construction sociale met en action la mécanique raciste.

   Si l’on ne martelait pas à longueur de journée dans les merdias, relayée par le « bon peuple », cette stigmatisation honteuse, les Musulmans pourraient vivre en paix et ne gêneraient personne. Combien de fois faudra-t-il dire que l’Islam donc la religion musulmane n’a rien à voir avec l’Islamisme ? !

   « L’homme du commissariat » a un frère qui aurait des accointances avec l’Islam dit radical ; depuis quand un individu devrait être suspecté de quoi que ce soit parce que son frère l’est ? On voudrait peut-être nous faire croire qu’il y a une sorte d’hérédité, de filiation génétique… ? Quid de leurs parents ? Cet homme, Français, est né au Burundi ; s’il avait été Breton ou Auvergnat, l’affaire aurait pris une tournure bien différente…

   Un homme est mort par balle alors qu’il n’avait qu’un couteau : les policiers ne savent donc pas se défendre sans arme à feu ? Ne sont-ils pas formés ? Ne devraient-ils pas être des spécialistes de self défense ? C’est sûr qu’il est plus facile d’appuyer sur une gâchette… Légitime défense toute relative. Continuez donc à railler les policiers américains avec votre anti-racisme primaire ! Les policiers français glissent doucement vers les mêmes pratiques… Vous y penserez quand ce sera votre enfant qui se fera tuer… Vous le voulez le « tout sécuritaire », vous l’aurez ! Allez donc soigner vos peurs (phobies) et sentiments de peur…c’est d’abord de vous-même que vous devriez avoir peur !

  Quant au chauffard de Dijon, interpellé par la police, comme toute personne fragile psychologiquement, n’est pas non-plus, un terroriste. Certes, ces personnes ont pu être manipulées, conditionnées…mais ne pensez-vous pas qu’une personne dont les facultés mentales sont altérées, est plus réceptive à tout ce qu’il entend en boucle à la radio, à la TV ? Qu’elle est plus perméable à la violence intrinsèquement sociétale ?

  Bien sûr que je condamne toute agression – il ne s’agit d’excuser personne – et que je compatis avec les victimes mais il ne faut pas se méprendre ni sur les mobiles des agresseurs, ni sur leur origine « étrangères », ni sur leur religion supposée.

  Que chacun avant de juger – qui sommes-nous d’abord pour juger – s’interroge objectivement, sur les tenants et les aboutissants de tous ces faits divers ; sur la place des médias dans la société ; sur le respect qu’il doit à tout être humain ; qu’il se pose les bonnes questions au lieu de prendre pour argent comptant les réponses toutes faites que l’on nous sert à volonté…

    Chriss  😉

                                           © chridriss – le 22/12/2014.

Publicités

Exibit B : Exhibition Bananière à Boycotter !

      J’ai peu commenté sur les réseaux sociaux au sujet de cette expo — puisque je n’ai guère de légitimité à le faire — et je n’avais pas l’intention d’en faire un article (tout a déjà été dit, le pire comme le meilleur). Cependant, je vais pianoter, quand même, quelques mots car « Qui ne dit mot consent » et comme je ne consens pas et que je ne sais pas me taire, je me dois d’être clair et transparent :

  Je condamne cette pseudo « performance artistique » de Brett Bailey (que je n’ai pas vu – on n’est pas obligé d’avoir un cancer pour en parler !)et j’ai soutenu et je soutiendrai encore, à titre personnel, isolé, sans militantisme (?)mais publiquement, les manifestant-e-s contre celle-ci. Je préfère la plupart du temps agir dans l’ombre, modestement. C’est ma manière de contester, protester, revendiquer… Chacun sa méthode. Je laisse la lumière à ceux qui savent s’exposer. N’allez donc pas penser que j’arrive après la bataille !


     Pourquoi être contre Exibit B ?

  • Parce que sous couvert d’Art, on ne peut pas tout accepter, sans condition, ni avertissement.

  • Parce que la présentation de l’expo est financée avec de l’argent public et qu’il est du devoir de chaque citoyen de demander des comptes sur ce que l’Art, ainsi dispensé, propose aux contribuables.

  • Parce que ce spectacle montre des personnes noires :

    – en cage, tels des animaux. La symbolique peut (se) prêter à de nombreuses interprétations odieusement malsaines…

    – statiques donc passives (les noir-e-s n’ont pas le droit d’être actifs sauf si c’est – encore des clichés – dans le sport, la musique, la danse).

    – muettes par défaut donc sans le pouvoir, ni le droit de s’exprimer.

    – crûment nues pour certaines donc affaiblies par un certain voyeurisme.

    Tout cela participant à la stigmatisation d’une population et rappelant les « tristement » célèbres « zoo humains » d’un autre temps.

  • Parce que c’est un blanc, paternaliste, avec ses privilèges re-niés, qui a conçu et propose cette expo sans montrer, ni démontrer le rôle des blancs esclavagistes et l’impact de la colonisation.

  • Parce que la parole intrinsèque des concerné-e-s soit les non-blanc-he-s, dans et en dehors du spectacle, est confisquées, censurées, bafouées, dénigrées.

  • Parce que la censure va toujours à l’encontre des victimes ; qui, elles-eux, n’ont pas droit à la sacro-sainte liberté d’expression, cette dernière défendue elle-même par les censeurs. Paradoxe ! Les pro-Exibit B s’autorisent tous les droits alors que les manifestant-e-s directement concerné-e-s n’ont pas le droit de s’exprimer à bon escient ! Ils ont même eu droit à une protection policière ! (Cette dernière n’hésitant pas à faire usage de violences à l’encontre des manifestants pacifiques).

  • Parce que l’expo va rapporter de l’argent à son créateur et ne servira pas la cause de ce qu’il prétend dénoncer.

  • Parce que les responsables de la programmation (et leurs soutiens)démontrent le contraire de ce qu’ils proclament haut et fort dans les médias : ils ne sont pas antiracistes ! Bien au contraire, ils font le jeu du racisme !


            Exibit B : Blessante à Bannir !


   Cette expo a déclenché une polémique qui ne donnera pas, malheureusement, plus de visibilité aux concerné-e-s ; pire, elle les a confiné dans l’irresponsabilité, la marginalisation, l’opprobre…décrétées par les censeurs : elle les a stigmatisé encore plus. Alors qu’ils auraient dû et devaient être écoutés, entendus, considérés parce que leurs revendications étaient et sont légitimes et qu’elles-ils ont été — je me permets de reprendre leur slogan — « Droit-e-s, Dignes et Déterminé-e-s ! »

  Certes, l’expo est finie mais la lutte des détracteurs de celle-ci continue ; je vous invite donc à visiter les liens suivants, pour une reconnaissance de leurs biens fondés et pour comprendre RÉELLEMENT le racisme :

La pétition

Le Blog

La page Facebook

Antiracisme et privilège blanc

Les décolonisés

Une autre histoire

Quartiers libres

  Quelques citations à partager :

« Les nations européennes se vautrent dans l’opulence la plus ostentatoire. Cette opulence européenne est littéralement scandaleuse car elle a été bâtie sur le dos des esclaves, elle s’est nourrie du sang des esclaves, elle vient en droite ligne du sol et du sous-sol de ce monde sous-développé. Le bien-être et le progrès de l’Europe ont été bâtis avec la sueur et les cadavres des Nègres, des Arabes, des Indiens et des Jaunes. Cela nous décidons de ne plus l’oublier. » Frantz Fanon

« Si vous n’êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment. » Malcolm X

« Aussi longtemps que les lions n’auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur. » Proverbe africain

« Le racisme, c’est une vieille tradition française. La France a une tradition coloniale, colonialiste, esclavagiste, d’inégalités sociales, d’inégalité raciale très enracinée. Le poison de la colonisation et des guerres coloniales n’est pas encore disparu du corps social français. » Pierre Joxe, ancien Ministre de l’Intérieur et de la Défense in « Un parcours de conviction, Pierre JOXE ». France 3 (diffusion le 02/12/2014).

   Je terminerai cet article en vous proposant d’aller voir Mary Prince (prolongation jusqu’au 31/12/2014), qui est, cette fois, un spectacle essentiel, pour la compréhension de l’esclavage, du racisme institutionnalisé (article à suivre bientôt).

     Chriss   😉

                        © chridriss – le 14/12/2014.

389302_377958308907708_1183850378_n

Tweet again… 10

Un tweet peut vous envoyer dans l’inconnu. On fait votre éloge et puis, un jour, vous n’existez plus… The show must go on… But so  ;(

—————-

Il n’y a pas de dérapages des politiques; il n’y a que des lapsus révélateurs

Il n’y a pas de bavures policières; il n’y a que des meurtres ou tentatives de meurtres.

—————-

Racisme et (néo)colonialisme vont si bien ensemble. Et le paternalisme…

Un couple mixte ne prouve pas que le/la blanc-he n’est pas raciste.

—————

Les SDF sont « au ban de la société »; est-ce pour cela qu’ils ne mériteraient qu’un banc ?

————–

 

 

Récap. 2014 :

Tweet again… 3

Tweet again… 6

Tweet again… 7

Tweet again… 8

Tweet again… 9

 

 

A suivre…

  Chriss     😉

 

© chridriss – Novembre-Décembre 2014

« Privilèges blancs…de souche »

Il y a quelques jours, j’ai relu cet article et celui-ci, un an et demi après les avoir écrit. Que s’est-il passé depuis ? Ai-je mûri (dans) mes réflexions ? Ai-je changé d’avis et renoncé ? (oui, je me remets en question régulièrement).
Faisons le point ! (enfin, moi, je le fais ; vous, c’est vous qui voyez ! 😉 )

   Tout d’abord, je suis étonné et sensible au fait que mes mots n’ont eu qu’une portée relative ; en effet, j’ai été apparemment beaucoup lu et mes textes ont été maintes fois partagés sur les réseaux sociaux mais il s’avère qu’il y a bien peu de réactions en retour sur mon blog. Je ne parle pas du style mais du contenu bien sûr, même si des compliments sur mes supposées aptitudes à l’écrit font plaisir. En fait, c’est le ratio visibilité/commentaires qui m’interpelle. Quid de l’interactivité ? Et pas que sur ces sujets spécifiques… J’ai sûrement tort de penser que les personnes qui aiment (me)lire, aiment aussi (m’)écrire ; ce n’est apparemment pas le cas. Ainsi soit-il ; je respecte votre silence. Comme j’ai pu déjà le faire savoir ici ou ailleurs, ce n’est pas tant une question de chiffres ou de statistiques qui m’importe mais une question d’échange, de dialogues, de débats. Et là, je reste sur ma faim !

   Bref, passons… Le plus important est d’avoir fait passer un message…

   Ceci étant, je n’expose pas ma pensée uniquement que par l’écrit ; je parle aussi ! Concernant ces sujets, force est de constater que dans mon entourage proche ou pas, rien n’évolue ou presque : j’ai le sentiment de parler – à quelques exceptions près – à des murs ou à des tombes (au choix !). Je fais figure de mutant, d’extraterrestre, de marginal…(barrez les mentions inutiles) face à mon laïus surprenant ( ?)voire choquant de blanc*

…parmi les blancs :
    Me comprennent-ils vraiment ? Se sentent-ils interpellés ? Préfèrent-ils en connaissance de cause garder leurs privilèges « au chaud » au lieu de (se)les avouer et se remettre en question ?
Mes propos seraient-ils sujets à de l’indifférence, à du mépris ? Suis-je perçu comme un traite ?

         Tant de questions…et si peu de réponses…

   Il est pourtant évident que dans la société, il existe une dominance et qu’elle est blanche ! Et ce, à l’échelle de la planète ! Il est évident que cela est lié à la colonisation (et pas que). Il est évident que le racisme – construction sociale – doit être combattu ! (Non, être raciste n’est pas une opinion !)

   Mais c’est tellement confortable de ne pas subir de contrôle au faciès, de ne pas subir le racisme au quotidien, de ne pas avoir de remarques et de gestes désobligeants quant à sa coiffure, de ne pas être stigmatisé, considéré comme le « méchant », l’indigent, l’usurpateur, le menteur, le voleur…parce que « d’origine étrangère » !

…et parmi les non-blanc-he-s :
    Bien que ne parlant pas à la place des concerné-e-s (les non-blanc-he-s)mais allant dans leur sens, je soutiens indéfectiblement celles et ceux qui m’ont ouvert les yeux, qui m’ont instruit ; qui m’ont fait prendre conscience de ce que je défends aussi, dorénavant. Le paradoxe – s’il en est – est que mon discours est (parfois)aussi mal perçu par celles/ceux-ci ! En effet, les personnes qui m’ont « initié » restent sur la réserve quant à mes dires et mes actions en tant qu’« alliés » (ce que je conçois et accepte : la trahison est toujours une éventualité ; puisque je quitte ma position de dominant pour « défendre » leurs causes : celles des opprimé-e-s).

   Par ailleurs, parmi les nombreux racisé-e-s que je fréquente, au quotidien (travail, etc), je me heurte ponctuellement à de l’incompréhension, à de l’étonnement, de leur part : ces personnes rejettent mon propos alors que je ne suis que passeur d’idées (je ne relaye que les paroles des concerné-e-s conscient-e-s), n’admettant pas par là-même, l’existence du « privilège blanc », dénoncé d’abord et surtout par d’autres non-blanc-he-s. Il est à noter que ce n’est pas le fait que ce soit un blanc qui leur parle ; il ferait de même si je ne l’étais pas. Ces derniers se sont tellement conformés à la norme sociale de l’oppresseur, c’est-à-dire intégrés, assimilés, qu’ils ne voient pas où est le problème.

   Noir-e-s ou blanc-he-s, me disent parfois de prendre de la distance, du recul vis-à-vis de ces sujets ; que ce n’est pas mon problème… Peut-être d’aucun-e-s pensent que je suis manipulé, endoctriné…c’est bien mal me connaître ! D’autres me demandent qui je suis – et pour qui je me prends – pour défendre des causes avec autant de véhémences : « tu n’es pas M.L. King ou Gandhi ! ». Évidemment que je n’ai aucune prétention de cet ordre, que ce n’est pas comparable mais je défends un point de vue comme tant d’autres afin que la société change, que le monde bouge positivement, pour redonner de la vie à la vie ! « Les gouttes d’eau font les grandes rivières ».

   Je ne suis qu’un être humain « sans dent », un sans grade de la « France d’en bas », une personne lambda…mais aussi un parent responsable, un type qui se soucie du présent et de l’avenir…et aussi un électeur libre !

   À bientôt !

      Chriss  😉

 

* « blanc » n’est pas en référence à une couleur de peau biologique mais relatif à un point de vue social.

 

© chridriss – le 25/11/2014.

 

 

Mandela reposera-t-il en paix ?

                Qui suis-je pour commenter le décès de ce vénérable homme ? Quelle légitimité ai-je ? Qu’allé-je dire de plus qui n’a déjà été et sera dit ? Pourquoi suivrais-je le cortège médiatique, la meute morbide ? Et serais-je aussi pertinent que mes ami-e-s de la blogosphère ? A commencer par Ms Roots qui m’a inspiré cet article et que je remercie ! Retrouvez le sien sur le même sujet : ici

       Non, je ne voulais pas écrire un article mais…

      Combien de personnes vont lui faire de fausses éloges, combien vont l’encenser avec une hypocrisie manifeste ? Tous les « grands de ce monde » (et pas qu’eux). Et ceux-là même qui l’ont bafoué, dénigré, vilipendé ; ceux-là même qui l’ont ignoré de son vivant seront les plus bavards !

        Non, je ne voulais pas écrire un article mais…

      Chaque internaute y va de son « RIP » sur les réseaux sociaux et après ? Après, on va en cours ; on va chercher le pain ; on va au cinéma ; on va au taf ; on va au lit ; on…et après… ? Après,  » The show must go on !  » Et basta !

      Triste constat de cette réalité…que je ne supporte pas  ! Ô monde cruel, que fais-tu des hommes intègres, des combattants de l’impossible ? Tu oublieras vite celui que tu nommes « héros » ; tu piétines déjà sa tombe ; tu craches déjà dans la soupe des idéaux justes ; tu continueras à vomir ta haine de l’Autre !

       Non, je ne voulais pas écrire un article mais…

    Comment rester silencieux face aux propos violents, racistes et sexistes que j’ai pu lire et entendre ces derniers temps ? Comment faire face à cette médiocritude humaine ? (que je ne citerais pas ici : ce serait lui donner encore du crédit). Je ne peux m’empêcher de penser que ces gens-là diront : «  Mandela, c’est pas pareil ! »

       Mr Mandela était déjà considéré comme un héros, une légende de son vivant ; ce qui est rare ! La plupart du temps, c’est à titre posthume ! Un être humain exceptionnel ! Un exemple ! Il a vécu ; il n’est plus. Il a parlé ; il a agi. Certes, mais son combat, lui, n’est pas fini ! Vraiment pas fini ! Loin de là ! Le chemin est encore très long…

      C’est à chacun à son niveau de lutter. C’est à chacun de perpétuer son idéal ! Oui, une société où les noir-e-s ne seraient plus sous la coupe du « privilège blanc » ; où les blanc-he-s ne seraient plus colonialistes, paternalistes, racistes…est possible. Oui, une société plus juste, plus équitable ; plus ouverte, plus empathique ; plus équilibrée, plus sereine…est possible ! « Inaccessible étoile » me direz-vous ; combien ont essayé de l’atteindre sans y parvenir ? Certes mais tous ont permis et permettrons à d’autres de gravir quelques marches : un jour, du haut de l’édifice, d’aucuns contempleront le chemin parcouru dans la reconnaissance pour leurs pairs et diront : « oui, ils ont bien eu raison d’oser ; de défendre leurs idées, leurs convictions ; de croire en une société meilleure ! Et que l’on ne vienne pas me parler d’angélisme et d’humanisme béat !

      Mr Mandela serait défini par ses détracteurs comme idéaliste, utopiste ? Et alors ! ? Il ne rêvait pas : il a donné sa vie pour un idéal de société tout comme d’autres leaders du même acabit ; peut-être le seul – même s’il en a payé le prix – à ne pas en être mort ?

                   Toute cause juste et digne est à défendre.

     Non, je ne voulais pas écrire un article mais…

   « Qui ne dit mot, consent ! » alors je ne pouvais me taire face aux abjections des uns, au silence des autres ; et par solidarité avec ceux qui souhaitent que Monsieur Mandela repose sincèrement en paix.

     

                               Chriss                                                                            

        Malakoff, le 06/12/2013 – © chridriss

 

 

           Invictus 

« Dans les ténèbres qui m’enserrent
Noires comme un puits où l’on se noie
Je rends grâce aux dieux, quels qu’ils soient
Pour mon âme invincible et fière.
Dans de cruelles circonstances
Je n’ai ni gémi ni pleuré
Meurtri par cette existence
Je suis debout, bien que blessé.
ce lieu de colère et de pleurs
Se profile l’ombre de la Mort
Je ne sais ce que me réserve le sort
Mais je suis, et je resterai sans peur.
Aussi étroit soit le chemin
Nombreux, les châtiments infâmes
Je suis le maître de mon destin
Je suis le capitaine de mon âme.  »

William Ernest Henley (1843-1903)

« Privilège blanc »

          Cela fait plus de 25 ans que je côtoie et défend la Négritude chère à Senghor et Césaire ; que je sais que la plus grande falsification de l’Histoire mondiale concerne l’Afrique, que mon attachement à ce continent n’est pas lié à une quelconque suprématie blanche néo-colonialiste, que l’Amour que je peux y porter notamment à travers la Femme noire n’est pas le produit de fantasmes exotico-érotiques ou autres, ni je ne sais quelle dictature machiste.

    Je n’ai aimé quasiment que des femmes noires; et alors ! ? J’ai un fils métissé et alors ! ? J’ai une attirance pour les femmes noires comme d’autres préfèrent les blanches bien blondes. Ce n’est même pas une question de goût. Je n’explique pas cela ; d’ailleurs, y-t-il une explication ?

    La réincarnation, pourquoi pas ? Étais-je noir dans une vie antérieure ? Why not ! Des réminiscences de mes lointains, lointains, lointains…ancêtres ? Probablement !

    Cependant, aimer l’Afrique et les Africains, aimer ce continent et ses peuples n’est pas un argument recevable pour comprendre le racisme et ne pas être raciste soi-même (vous connaissez le « J’ai un ami… »).

    J’ai pourtant lu – entre autres – Amadou Hampâté Bâ, Théophile Obenga…  J’ai toujours défendu la cause des noir(e)s et autres non-blancs ! Ce n’est pas suffisant !

    Même si je suis allé plus loin – comme d’autres blancs – que d’écouter Alpha Blondy, Cesaria Evora, Youssou N’ Dour, Ali Farka Touré, Fela, Oumou Sangare, Beethova Obas ou Cheb Hasni, Aït Menguellet…(la liste est bien plus longue !), l’intérêt que je porte aux riches cultures africaines (loin d’être que musicales)ne suffit pas ! 

     Je pensais être, à l’évidence – par nature, j’allais dire – un antiraciste…

     Et alors ?

    Je n’avais rien compris – entre autres – parce que je n’avais pas conscience du « privilège blanc » ! Oui, c’est bien de cela qu’il s’agit ! Heureusement, j’ai l’esprit assez ouvert et je suis assez persévérant. J’aime savoir; j’aime comprendre ! 

   J’ai eu des explications radicales -ce que j’ai eu du mal à accepter vu mon caractère entier; puis, d’autres explications, plus apaisées, qui, cette fois (non sans avoir cogité longuement et « prenant la tête » à qui voulait bien m’entendre)m’ont provoqué un déclic, une prise de conscience ! (merci aux femmes blogueuses, et à leur patience; elles se reconnaîtront). 

  Cet article s’adresse plus particulièrement aux lecteurs-trices leucodermes donc blanc-he-s, afin que vous preniez conscience que vous êtes des « privilégié-e-s ». Pas seulement avantagé-e-s !

   Avez-vous remarqué que la norme en France (voire universelle) est d’être un homme, blanc, hétérosexuel.

   Quiconque n’est pas dans cette norme s’expose à des discriminations, à des racismes. Le plus virulent, le plus exacerbé des racismes est sans conteste celui qui touche les non-blanc-he-s « les gens de couleur » (comme si le blanc n’était pas une couleur !) ; celui qui piétine les croyances religieuses surtout l’Islam; celui qui meurtrit encore plus les personnes à l’identité sexuelle trop ou pas défini (selon les normes); celui qui… Mais là, je digresse ! Quoique l’intersectionalité… (un autre article probablement un jour).

    Mais la France, me direz-vous est le pays des Droits de l’Homme ? Certes oui mais…de l’homme blanc !

   N’avez-vous pas remarqué que tout est centré sur le  blanc normé ? Il y a des shampoings « cheveux normaux » donc pour des blancs et d’autre part, celui pour les cheveux crépus, ethniques (terme tendance)… Les collants couleur chair ; quelle chair ? Celle des blanches ! Faites bien attention et vous verrez que la société est d’abord blanche et ne supporte pas le non-blanc. Ce ne sont que quelques exemples. À vous de creuser le sujet !

   Des détails me direz-vous. Quand vous êtes confronté à cela tous les jours, vous verrez que les détails, ça devient…un norme ! Une norme dont les non-blanc-he-s sont les victimes ! Combien de fois ai-je lu des tweets et entendu de récits concernant le simple fait d’avoir eu les cheveux crépus touchés par une inconnue blanche comme cela, gratuitement, impoliment…juste pour émettre ensuite quelques commentaires déplacés et racistes ? Quid de la connotation des cheveux crépus dans la société ?

   Combien de fois avez-vous subi un contrôle d’identité par la Police en tant que blanc-he-s ? Jamais ! Pour les non-blanc-he-s, c’est quotidien ! Ils sont toujours considérés comme suspects; de quoi ? On ne sait pas ! Des exemples de ce genre, il y en a des milliers, de jour en jour,  qui laissent insensibles les privilégié-e-s blanc-he-s !

  C’est pour cela que l’on ne peut parler de « racisme anti-blanc » car bien qu’il puisse se concevoir, il est dérisoire et incomparable à celui que les noir(e)s et autres non-blanc(he)s subissent à longueur de journée. Et ce, depuis des lustres….et ce n’est pas une exception française !

   Pour aller plus loin, je vous recommande de lire ceci, qui m’a fait comprendre le « concept de race », que je réfutais, sous un autre angle, pour d’autres motifs.

   Je ne veux pas volontairement faire étalage de mes recherches car je pense qu’il doit y avoir une volonté, une démarche de votre part. Vous ne comprendrez pas mon propos si vous n’êtes pas dans cette dynamique. Ouvrez vos yeux, votre esprit et votre cœur !

   Merci de votre attention !

    Chriss 😉

                                                                                                                                     Le 29/06/2013 – © chridriss

« Français de souche » ?

            Français ? De souche ? Quelle souche ? !

   Une très vieille racine de bois desséchée, morte depuis des lustres…ou une racine en décomposition avancée…ou, a contrario, une racine encore vivante, bien vivante, base d’un tronc séculairement solide, enrichie par de multiples greffons, donnant une essence unique, un arbre aux branches magnifiquement rayonnantes ? Quid de la souche ?

     Malheureusement, cette souche se sépare de plus en plus en deux troncs distincts : l’un qui pense que l’apport de cultures venues d’ailleurs appauvrit la France, en étant la cause de tous les maux de la société ; et l’autre, qui élève la Différence au statut de richesse absolue ! Deux points de vue radicaux et antinomiques !

     Voilà le propos majeur qui divise les Français. Tous les Français.

   Doit-on être fier et défendre cette France dont la souche aurait – soi-disant – pris racine il y a 2000 ans (?) et serait naturellement blanche et catholique et le resterait ad vitam æternam   ? Une souche qui a bénéficié – et souvent par contrainte – de l’apport énergétique (en humains et matières premières) d’autres peuples; fière de son  passé colonialiste abject et qui, même,  le regrette comme le temps béni ? Une souche qui a développé un nouvel esclavagisme sur son territoire (en exploitant une main d’œuvre avec ou sans titre de séjour), et ailleurs, ces mêmes peuples – surtout ceux qui ne sont pas blancs ? Cette souche à la blancheur pure et divine qui s’octroie tous les droits, tout en ne respectant pas ceux qu’elle a instaurés ? La France des Droits de l’Homme…blanc ?!

      NON, je ne veux pas de cette « France de souche » !

      Une souche, source de division, de discorde et de haine !

    Le quotidien nous montre de jour en jour que la réalité des agressions et autres actes racistes – c’est bien de cela qu’il s’agit – dépassera bientôt la fiction des discours et commentaires simplistes et (dé)libérés, qui s’enflamment de plus en plus sur les réseaux sociaux ! Un jour, ce sera la rue ! Puis, un jour, le pays tout entier ! Réveillons-nous afin d’éviter le pire !

     Les actes racistes se multiplient et commencent à se banaliser…

    Avec une arrogante suffisance, certains Français – se définissant eux-même « de souche » – se sentent – disent-ils – « envahis » ; ils seraient persécutés, malmenés, attaqués, terrorisés…par celles et ceux qu’ils caricaturent et stigmatisent à longueur de journée, en les dénommant par leurs origines pseudo-étrangères (parce que noir(e)s, issu(e)s de l’immigration, etc), en considérant que ces personnes (sont-ce des humains à leurs yeux ?) sont d’abord étrangement différents et donc dérangeants et coupables (je vais éviter la liste des litanies) et par là-même inacceptables sur le territoire de la République ; du racisme ordinaire ou déguisé, lié à l’origine ethnique, religieuse…

    Ces « biens blancs » qui ne peuvent accepter que l’on puisse être Français en étant si différent d’eux. N’y a-t-il pas de différences entre, par exemple, un Corse et un Alsacien ? En quoi la différence est un problème ? La différence n’est pas – ne devrait pas être – synonyme de négation, de mauvais ; pas plus que la ressemblance n’est positive ou bonne. La peur de l’inconnu. Avec cet inconnu, on perd ses repères ; on ne sait plus (comment) être. C‘est la Peur, le plus grand Handicap de l’Homme. La vraie liberté ne connaît pas la peur.

    Je n’aime pas les étiquettes et les cases mais il faut bien reconnaître qu’un lien plus qu’évident existe entre tous ces « ismes » : le nationalisme – 1ère étape, archaïque et obsolète (celui dont se définissent les « gaulois » ; allez donc boire votre cervoise avec Vercingétorix ! -les Romains ne se sont pas « mélangés » à vous ?)  – se marie très bien avec le fascisme / néo-nazisme – seconde étape, dans des groupuscules obscures et nauséabonds ; tout « ce beau monde » se reconnaissant très souvent dans l’intégrisme catholique… Un raccourci, me direz-vous ? Admettons ! Cependant, il faut bien reconnaître que l’on peut faire le portrait d’individus cumulant tous ces « ismes » (de droite ?), se radicalisant, de plus en plus désinhibés, au point de ne plus avoir de limite, prêts à toutes les bassesses humaines, sans la moindre culpabilité face à leur violence verbale et physique (cf menaces de viol à l’encontre de la militante antiraciste Rokhaya Diallo).

   Il ne faut pas non-plus ignorer l’extrême gauchiste…qui se croient meilleur, au-dessus de tout soupçon, car loin de ces « ismes-là » ; faut-il lui rappeler ses propres « ismes » ?

    N’oublions pas non-plus le bobo bien pensant, le donneur de leçon, le planqué argenté ou pas, l’arriviste, l’opportuniste…qui condamne le racisme, encore faut-il savoir ce qu’est le racisme ? L’antiracisme n’est pas la négation du racisme mais bien le combat contre celui-ci ! (il ne faut pas l’oublier).

   Ce n’est pas l’Homme qu’il faut blâmer mais ses idées ! C’est pourquoi je reste un humaniste (qui est pour moi, celui qui aime l’humain, pas une autre définition)convaincu mais prudent, devenant un antiraciste de plus en plus éclairé (cf prochain article sur le « Privilège blanc »).

    Bref, les « phobes » et les « philes » s’affrontent…et les autres ? Ils regardent la télé-réalité ? Ils pensent à leur future voiture ? Ils attendent la retraite, les vacances ?

                                   Pas moi !

      J’espère qu’un jour les 2 troncs se rejoindront dans l’Amour et la Paix… On peut rêver, non ?

              Chriss 😉

                                                                                           Le 29/06/2013 – © chridriss